Grisaille

img_1950

J’aime ces week-ends gris, où, quand on a rien de prévu, il n’est pas question de mettre un pied dehors. Je suis de ces personnes qui sont capables de rester enfermées sans avoir un besoin vital de sortir prendre l’air. Alors, oui ce n’est pas à faire tous les jours, évidemment, mais de temps en temps, ça fait du BIEN. Dans ces moments là, mon canapé est mon meilleur ami. C’est mon côté mamie.

Et je pense que c’est important de s’accorder des moments de rien. Juste entre soi et soi (et le chat).  J’ai toujours aimé avoir des journées complètement off, et me dire que j’ai du temps, que si j’en ai envie, je peux faire une sieste, regarder un film, décorer mon appartement, lire.

J’ai tout anticipé. Mes courses ont été faites vendredi soir en rentrant du travail, pour le ménage, c’est pareil. Avec tout ça, j’ai pu commencer mon week-end sereinement, en me levant taaaaard, et me réveiller tranquillement avec un thé, une salade et un pudding de chia. Le reste du programme : un… deux… trois épisodes de Black Mirror, un peu de lecture, des câlins au chat…

On recommence demain ?

grisaille-2

grisaille-3

 

Poêlée d’automne

poelee-automne

Outre la baisse des températures, et la chute de mes cheveux comme des feuilles mortes (tout tombe…), j’aime bien l’automne.

J’aime bien le fait de ressortir les bottes et bottines, les pulls doudous, de trainer en pyjama laaaarge et sweat à capuche tout le week-end, de boire du thé à la cannelle, après avoir passé plusieurs mois en sandales, short et tee-shirt. Et ce que j’aime aussi dans l’arrivée de l’automne c’est de manger autre chose que des salades.

Surtout que, pour la petite anecdote, GDF m’a contactée il y a pas longtemps pour que je confirme bien les chiffres du compteur de gaz chez moi qui apparemment n’avaient presque pas bougé depuis le dernier relevé (en mars). Pour cause : je ne fais pratiquement JAMAIS la cuisine chez moi. Le conseiller est resté perplexe…

Bref, hier j’ai fait la cuisine (youhouuu) et pour mon dîner, j’ai eu envie de couleurs et de douceur dans mon assiette. Avec du orange parce que c’est quand même la couleur qui représente bien l’automne, et puis c’est bientôt Halloween alors comme ça on est dans le thème (et faut avouer, des carottes quand on vit seule c’est nettement plus facile à garder qu’un potiron).

J’avais comme a priori que les carottes étaient des légumes chiants et longs à cuire. Alors qu’en vrai, non. Et en plus « ça rend aimable, tu devrais en reprendre », me dirait mon père (toujours ce petit mot qui fait du bien).

Cette recette a été ultra rapide (30 min max avec la cuisson du riz) à faire et vraiment beaucoup trop bonne, ce qui me donne envie de la partager ici.

poelee-automne2

Ingrédients pour 2 personnes  :

  • 2 portions de riz cuit
  • 4 carottes de taille moyenne
  • 8 champignons de Paris (tout autre champi fera l’affaire)
  • 2 grosses poignées de pousses d’épinards (attention, ça réduit beaaaaaucoup)
  • 2 cuillères à soupe de sauce soja
  • 2 cuillères à soupe de sauce à la tomate (j’achète celle de chez Mark&Spencer un peu relevée, spéciale dips, mais toute autre sauce du même genre fera l’affaire, ou même deux tomates pelées iront très bien)
  • Une gousse d’ail coupée ou une pincée d’ail en poudre

On commence par faire cuire le riz si ce n’est pas déjà fait.
Au meme moment, on fait cuire les carottes. Je les ai faites bouillir pendant 10 minutes dans de l’eau avant de les mettre dans la poêle.
Pendant  ce temps, on prépare ses champignons en les brossant , en les épluchant puis en les coupant en lamelles. On prépare aussi ses épinards en enlevant les tiges trop grosses et en les coupant grossièrement.
Une fois que les carottes sont cuites (hahaha), on fait chauffer sa poêle avec un peu d’huile, on y verse les carottes, les champignons, les épinards qui vont bien réduire. On laisse cuire le tout  10 petites minutes (dès que les champis et les épinards ont l’air bien cuits, c’est bon). Vers la fin de la cuisson on ajoute deux cuillères à soupe de sauce à la tomate et deux cuillières à soupe de sauce soja, l’ail. On goûte, on rectifie si besoin.

Dans une assiette on sert le riz, et on met la petite poêlée à côté (ou dessus, libre à chacun de faire ce qu’il veut). On peut couper un peu de coriandre dessus histoire de, et c’est prêt à être dévoré.

Ici, je l’ai faite avec du riz mais je compte bien tenter avec des pâtes ou des nouilles de riz aussi, à voir…