La fièvre

dsc_0011

Comme déjà dit, en ce moment je profite d’une période de pause. SAUF qu’en plus de tout le repos que je peux prendre, cette période s’accompagne d’un petit effet secondaire… Une grosse fièvre acheteuse.

Alors tout y passe… De l’électroménager, du high tech, de la fringue, du maquillage, de la déco…
Après avoir craqué sur quelques petites (quelques petites ? vraiment ?) choses ces derniers temps (sans rire, pendant plusieurs jours d’affilée, mon mec revenait de la boite aux lettres avec des colis…), je me freine. Ca ne m’empêche pas de remplir des paniers sur tous les eshops du monde, que les choses soient claires, mais là, je ne les valide pas. D’abord parce que ma banquière va finir par m’appeler pour m’engueuler, et puis parce que je me connais face aux achats compulsifs. Ils vont finir oubliés je ne sais où, et je vais regretter de les avoir achetés. Classique.

Donc, je me suis arrêtée sur mes coups de coeur et j’ai laissé le reste en me disant que si, d’ici quelques temps j’y pense encore, je devrais peut-être y réfléchir un peu plus. Voici donc un petit aperçu de mes soldes fringues. Une chemise à carreaux, parce que ça faisait longtemps que j’en cherchais une et que soldée à 9,99€, autant dire que je n’ai pas hésité.  Bien coupée, fluide, qui tombe bien. Je pense que la greffe ne va pas tarder à prendre, vu que je la mets tous les jours…

dsc_0002-2

Et puis cette petite paire de baskets holographiques, parce qu’évidemment il FALLAIT que je remplace mes Victoria toutes défoncées. Le holo, c’est la vie.

img_2534

Chemise & Baskets Bershka

Pâtes aux épinards, brocolis et champignons

pates-epinards3

J’adore les légumes. Surtout les verts. J’en achète souvent plein quand je fais mes courses, mais comme, quand je suis chez moi, je ne cuisine pas énormément, souvent ça se perd. La petite parade trouvée pour éviter ce gâchis au maximum, c’est de les cuisiner en poêlée et en grande quantité. Ensuite, ça se garde et c’est rapide à faire chauffer les soirs de flemme.

Voici donc une petite recette hivernale que j’aime beaucoup faire en ce moment. C’est rapide, simple, sain et BON.

(Je suis hyper nulle en proportions. Généralement je fais tout au feeling, donc les indications sont approximatives…)

INGREDIENTS : 

Des pâtes
Des pousses d’épinards
Des petites branches de brocolis
3-4 champignons de Paris
Une gousse d’ail coupée
Un demi-oignon coupé en lamelles
Une cuillère à soupe de sauce soja
Une cuillère à soupe de crème fraîche
Poivre

On fait chauffer l’eau des pâtes, et on les fait cuire.
Pendant ce temps, dans une poêle, on fait cuire l’oignon, l’ail, les pousses d’épinards, les brocolis et les champignons, tous coupés en petits bouts et tous ensemble.(Ouais, Ouais).

pates-epinards1

Quand les légumes commencent à être cuits (les épinards commencent à réduire et les champignons deviennent un peu mous), on ajoute la crème, le poivre et la sauce soja. On laisse encore cuire pendant 5 minutes environ.

pates-epinards2

Dans une assiette, on verse les pâtes qu’on recouvre des légumes et si on veut, on parsème le tout de fromage râpé ou de parmesan ou de gomasio (bonus).

Ca a pris 15 min à tout casser et c’est prêt.

De 2016 à 2017

janvier-2017.jpg

Janvier est déjà là (il est même bientôt terminé le janvier, mademoiselle je suis toujours en avance…).

Il est temps pour moi de regarder un peu en arrière et de me projeter beaucoup en avant.

2016 : LE BILAN

Quand je regarde mes résolutions prises en janvier, je peux dire que j’en ai réussi quelques unes :

Je me sens vraiment bien dans mon petit chez moi décoré à ma façon, je mange mieux, plus sainement (je me nourrissait pas non de trucs horribles et gras, mais j’avais tout de même une bonne flemme pour faire à manger). J’ai réduit ma consommation de viande et me suis découvert une passion pour la cuisine japonaise.

J’ai retrouvé le plaisir de lire et de fouiller les rayons des librairies. Dans le métro, le train, quand j’ai du temps chez moi, je lis. Ca me repose les yeux, ça me déconnecte complètement,et ça me fait du bien.

Et je me suis enfin mise à la réalisation de mon premier pull tricoté. Je m’y suis mise fin décembre, début janvier, mais tout de même, ça compte. Rendez-vous d’ici quelques mois pour admirer le résultat…

Ce n’était pas dans la liste mais on a aussi pas mal bougé avec mon chéri : Normandie, Bretagne, Bassin d’Arcachon, mais aussi Lisbonne et surtout Tokyo. Ces petits voyages tous les deux n’ont fait que confirmer mon envie de voir du pays, encore et encore, avec lui toujours. Evidemment.

Les échecs de 2016 se trouvent dans le sport que j’ai totalement abandonné à cause en partie de mon genou, mais aussi de mon rythme de vie. Je crois que c’est ce qui me rend le plus triste. Avant j’arrivais à courir un 10km en moins d’une heure, maintenant je suis au bout de ma vie en même pas 30min… Ca me désole.

Et je n’ai pas non plus réussi à me déconnecter des réseaux, d’internet, de mon téléphone… et ce blog n’a pas eu une grosse masse d’articles publiés mais j’y travaille. Et j’essaye de le faire pour 2017.

La suite :

J’ai surtout réussi à décrocher ce que je voulais en fin d’année, c’est ce qui me met le plus en joie. 2017 sera donc placée sous le signe du changement (encore une fois, à croire que j’aime ça).

Des voyages sont prévus, pour mon plus grand bonheur et je vais enfin pouvoir me prendre une longue pause en février. Ooooow Ouiiiii.

Au niveau des résolutions, je dirais que ça n’a pas vraiment changé de l’année dernière : manger mieux, reprendre le sport cette fois pour de vrai, continuer les projets en cours, commencer ceux en réflexion…

Et enfin, être toujours aussi bien entourée. Continuer à garder le contact avec tous mes copains-copines, continuer à faire des apéros végétariens, des apéros-vernis, des sorties concert, aux caves, organiser des diners et prendre mes amis pour des cobayes pour qu’ils testent mes nouvelles recettes.

Oui, c’est bateau, mais c’est tout ce que je souhaite pour cette année.

2017… Je suis prête…! (Presque.)

From The Moon… And Back

capture-decran-2016-11-28-a-22-13-58

Mon mec a un projet, (enfin il en a 12 000, mais il en a un en particulier) qui consiste a poster une vidéo sur un morceau qu’il a composé en solo, une fois par mois.

Ce mois-ci, le projet solo s’est un peu transformé en duo parce que je me suis invitée dans son clip et sa chanson.

J’ai toujours aimé l’univers de la lune, des étoiles (ça briiiiille). Il faut aussi savoir, que j’ai une trouille monstre des clowns, et que Pierrot est bien le seul clown qui ne me fait pas peur. Avec tout ça, on a alors évoqué le sujet du clip, et on a passé plusieurs soirées à parler de ce projet. Moi, sur les recherches du costume, sa réalisation, mon chéri lui a travaillé sur l’ambiance du clip, son scénario et la création de la chanson.

Et voici le résultat, tourné dans des conditions météo disons, compliquées, mais tellement chouette (fière-fière-fière) :

*A good partner can change it all*

Grisaille

img_1950

J’aime ces week-ends gris, où, quand on a rien de prévu, il n’est pas question de mettre un pied dehors. Je suis de ces personnes qui sont capables de rester enfermées sans avoir un besoin vital de sortir prendre l’air. Alors, oui ce n’est pas à faire tous les jours, évidemment, mais de temps en temps, ça fait du BIEN. Dans ces moments là, mon canapé est mon meilleur ami. C’est mon côté mamie.

Et je pense que c’est important de s’accorder des moments de rien. Juste entre soi et soi (et le chat).  J’ai toujours aimé avoir des journées complètement off, et me dire que j’ai du temps, que si j’en ai envie, je peux faire une sieste, regarder un film, décorer mon appartement, lire.

J’ai tout anticipé. Mes courses ont été faites vendredi soir en rentrant du travail, pour le ménage, c’est pareil. Avec tout ça, j’ai pu commencer mon week-end sereinement, en me levant taaaaard, et me réveiller tranquillement avec un thé, une salade et un pudding de chia. Le reste du programme : un… deux… trois épisodes de Black Mirror, un peu de lecture, des câlins au chat…

On recommence demain ?

grisaille-2

grisaille-3

 

Le matin – Routine en vidéo

matin

Le matin et moi c’est hyper compliqué.

On a vécu une folle passion de ma naissance à… Je dirais mes 10 ans. Avec des journées qui commençaient dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, vois-tu, je sais que j’allais réveiller Papa Maman (qui eux, faisaient bien la tronche).

Et puis l’adolescence, et la vie étudiante ensuite, le besoin de dormir, le fait de se coucher tard… Depuis, le matin et moi nous sommes assez fâchés. Mauvaise humeur, aucun courage de sortir du lit…

Tout ceci fait donc, que je traîne le plus possible avant de sortir du lit (tout en mettant EVIDEMMENT 12 réveils) (en vrai j’en mets 4…) et que ma routine de préparation avant de mettre un pied dehors est express.

Petite démo :

Poêlée d’automne

poelee-automne

Outre la baisse des températures, et la chute de mes cheveux comme des feuilles mortes (tout tombe…), j’aime bien l’automne.

J’aime bien le fait de ressortir les bottes et bottines, les pulls doudous, de trainer en pyjama laaaarge et sweat à capuche tout le week-end, de boire du thé à la cannelle, après avoir passé plusieurs mois en sandales, short et tee-shirt. Et ce que j’aime aussi dans l’arrivée de l’automne c’est de manger autre chose que des salades.

Surtout que, pour la petite anecdote, GDF m’a contactée il y a pas longtemps pour que je confirme bien les chiffres du compteur de gaz chez moi qui apparemment n’avaient presque pas bougé depuis le dernier relevé (en mars). Pour cause : je ne fais pratiquement JAMAIS la cuisine chez moi. Le conseiller est resté perplexe…

Bref, hier j’ai fait la cuisine (youhouuu) et pour mon dîner, j’ai eu envie de couleurs et de douceur dans mon assiette. Avec du orange parce que c’est quand même la couleur qui représente bien l’automne, et puis c’est bientôt Halloween alors comme ça on est dans le thème (et faut avouer, des carottes quand on vit seule c’est nettement plus facile à garder qu’un potiron).

J’avais comme a priori que les carottes étaient des légumes chiants et longs à cuire. Alors qu’en vrai, non. Et en plus « ça rend aimable, tu devrais en reprendre », me dirait mon père (toujours ce petit mot qui fait du bien).

Cette recette a été ultra rapide (30 min max avec la cuisson du riz) à faire et vraiment beaucoup trop bonne, ce qui me donne envie de la partager ici.

poelee-automne2

Ingrédients pour 2 personnes  :

  • 2 portions de riz cuit
  • 4 carottes de taille moyenne
  • 8 champignons de Paris (tout autre champi fera l’affaire)
  • 2 grosses poignées de pousses d’épinards (attention, ça réduit beaaaaaucoup)
  • 2 cuillères à soupe de sauce soja
  • 2 cuillères à soupe de sauce à la tomate (j’achète celle de chez Mark&Spencer un peu relevée, spéciale dips, mais toute autre sauce du même genre fera l’affaire, ou même deux tomates pelées iront très bien)
  • Une gousse d’ail coupée ou une pincée d’ail en poudre

On commence par faire cuire le riz si ce n’est pas déjà fait.
Au meme moment, on fait cuire les carottes. Je les ai faites bouillir pendant 10 minutes dans de l’eau avant de les mettre dans la poêle.
Pendant  ce temps, on prépare ses champignons en les brossant , en les épluchant puis en les coupant en lamelles. On prépare aussi ses épinards en enlevant les tiges trop grosses et en les coupant grossièrement.
Une fois que les carottes sont cuites (hahaha), on fait chauffer sa poêle avec un peu d’huile, on y verse les carottes, les champignons, les épinards qui vont bien réduire. On laisse cuire le tout  10 petites minutes (dès que les champis et les épinards ont l’air bien cuits, c’est bon). Vers la fin de la cuisson on ajoute deux cuillères à soupe de sauce à la tomate et deux cuillières à soupe de sauce soja, l’ail. On goûte, on rectifie si besoin.

Dans une assiette on sert le riz, et on met la petite poêlée à côté (ou dessus, libre à chacun de faire ce qu’il veut). On peut couper un peu de coriandre dessus histoire de, et c’est prêt à être dévoré.

Ici, je l’ai faite avec du riz mais je compte bien tenter avec des pâtes ou des nouilles de riz aussi, à voir…