Cheveux : Better – Stronger

Mes cheveux et moi c’est une grande histoire de je t’aime moi non plus. Tout lisses pendant mon enfance, ils ont décidé d’avoir un comportement anarchique dès l’adolescence et depuis… J’en chie.

Mon état de santé se remarque d’ailleurs directement à mes cheveux, et en cas de stress… tout part en chute libre (« allez, ta vie c’est de la merde, alors nous on se tire hein. »), ou comment augmenter mon stress par deux. Pour pallier à ça, j’ai donc essayé pas mal de trucs.

En premier, les compléments alimentaire Forcapil. Pas mal mais à force, ça me donnait des nausées dès que j’en prenais. Si c’est pour être malade tous les matins, merci, mais non merci.

Ensuite j’ai tenté les bains d’huile avec du ricin. Aussi efficace, mais tout de même assez relou à laver : au bout de 3 shampoings, on commence à se lasser, surtout quand on a un ballon d’eau chaude minuscule qui oblige à finir le rinçage à l’eau froide. Ca resserre les écailles, me diras-tu, mais ça caille.

Et donc, on en vient au point numéro 3, celui qui a, non seulement porté ses fruits mais qui, en plus, me convient bien dans ma « routine capillaire » si je puis dire : me faire un shampoing et basta. Je présente donc : les poudres ayurvédiques et végétales (TADAAAAAAM).

Actuellement j’en utilise quatre. Pas en même temps, mais j’en mélange certaines. On retrouve donc dans ma salle de bains :

Le Shikakai – Le Kachur Sugandhi – La poudre d’Amla – La poudre de Guimauve. Dans mes mélanges préférés il y a :

  • 2 c à soupe de shikakai avec 2 c à soupe de kachur Sugandhi
  • 2 c à soupe de kachur sugandhi avec 2 cuillères de poudre d’amla
  • 2 c à soupe de kachur sugandhi avec 2 cuillères à soupe de poudre de Guimauve (qui a un pouvoir démêlant)
  • 3 c à soupe de shikakai seul (qui peut servir de shampoing végétal).

Avec une application une fois par semaine maximum, mes cheveux sont devenus plus forts et plus denses. Je constate pas mal de petites repousses partout, ce qui me met en joie. Niveau utilisation, j’applique la poudre mélangée à de l’eau chaude dans laquelle j’ajoute parfois quelques gouttes d’huile végétale ou d’huile essentielle. je laisse poser 5 minutes. je rince et souvent je fais un mini shampoing en plus histoire de bien tout enlever, après c’est pas l’étape obligatoire (surtout si on utilise le shikakaï), à partir du moment où on rince bien.

DSC_0033

DSC_0035

DSC_0037

DSC_0039

 

DSC_0045

Miam…

DSC_0040

Alors oui, visuellement ça fait pas hyper envie… Mais depuis, mes cheveux ne se sont jamais aussi bien portés, même pendant les changements de saison !

 

Tokyo, le retour

Parce qu’on était tombés complètement amoureux de la ville et qu’on voulait à tout prix y retourner rapidement, voilà qui est fait. 8 mois après notre premier voyage là-bas, une bonne nouvelle qui tombe, du temps… Il ne nous en fallait pas plus pour prendre nos billets d’avion, réserver une chambre d’hôtel et être contents.

dsc_0115Elle est contente !

On est restés une grosse semaine sur place. Ce fût un peu rude au niveau décalage horaire, mais parfait pour se détendre et voir ce qu’on voulait, en prenant notre temps.

Notre hôtel était situé dans le quartier d’Asakusa, le quartier typique de la ville, très calme et réputé pour son temple. C’est l’endroit idéal pour y dormir, c’est bien desservi par le métro, tranquille, avec de très bons petits restos partout, et de petits magasins vendant des objets typiques (autant vous dire qu’on s’est pas privés sur la vaisselle cette fois).

dsc_0006

Au programme, on a beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup marché. (Beaucoup, vraiment.)

On s’est baladés toute une journée à Shibuya et Ginza, pour faire du shopping, aller au Disney Store et au Mandarake pour acheter des Art Books.

dsc_0074

A Shinjuku, on a profité d’une journée ensoleillée pour se promener dans le jardin japonais du Gyoen Park, le jardin impérial de Tokyo et voir ainsi les premier arbres en fleur. Prunier ou cerisiers… je ne saurais pas dire ! Ce qui est drôle (ou pas au final), ce sont toutes les carpes qui accourent quand on se penche au dessus de l’eau. J’ai alors découvert à quel point la carpe était moche et flippante.

dsc_0134

dsc_0123

dsc_0126

A Harajuku on a parcouru les 8 étages des magasins de mangas à la recherche de figurines en tous genres. Et a Omotesando on a pu faire un jolie balade gustative en mangeant notamment des mochis à la fraise à tomber par terre.

Le gros regret de notre premier voyage était de ne pas aller au musée Ghibli, fermé pour travaux. Cette fois-ci on a enfin pu s’y balader, et ça vaut vraiment le détour. Les billets sont à acheter en France, avant de partir et la visite dure environ 2 heures. MAGIQUE !

dsc_0102

Côté nourriture (notre passion première, il faut bien le savoir), on n’a pas non plus été malheureux. Il faut dire que là bas, où que l’on aille, on y mange vraiment bien. Que l’endroit soit minuscule ou très moderne, tout ce qu’on a goûté était excellent.

img_2663

On est retournés dans notre petit resto de sushis préféré situé dans le marché couvert d’Asakusa où, sans rire, j’y ai mangé les meilleurs sushis de ma vie (au thon graaaas). On a mangé un hot pot dans un resto un peu plus tradi (où on doit enlever ses chaussures pour accéder à la table), toujours à Asakusa.

img_2570

dsc_0038

Au détour d’une balade dans Shibuya, on est tombés sur un restaurant minuscule faisant des ramens à base de bouillon de poisson délicieux. On s’est également gavés de beignets de poulpe et de sashimis dans un lieu introuvable (on a tourné au moins 20 min pour le trouver) avec un de nos amis vivant à Tokyo depuis plusieurs années.

img_2649

On s’est aussi fait le petit plaisir d’aller boire des cocktails au bar situé au 52ème étage de l’Hyatt Park, l’hôtel de Lost In Translation. On a pu apprécier la sublime vue de la ville de nuit, et écouté un peu de jazz. On a ensuite fini la soirée dans notre bar chouchou du Golden Gai, le Hair on Dog, un minuscule endroit où ils passent du rock. Lors de notre premier voyage, on avait passé une soirée mémorable dans ce bar où le patron est complètement adorable.

img_2602

Enfin, pour notre dernier jour, on a été braver la pluie et le vent pour gouter à des cocktails à base de matcha et de whisky servis dans un bar niché au sous sol d’un immeuble dans un recoin de Shibuya (30 min pour le trouver). Réalisés sous nos yeux par un barman plus que classe, ce fut une vraie tuerie. A l’image du séjour passé.

img_2659

Encore une fois, Tokyo ne nous a vraiment pas déçus. Cette ville est toujours aussi pleine de surprises, magique et apaisante.

dsc_0093

Mes essentielles huiles essentielles

dsc_0035

 

J’ai toujours aimé l’aromathérapie. C’est génial de savoir qu’avec ce qu’on trouve dans la nature on peut soigner des petits bobos et teeeeellement plus sain que ce toutes ces choses chimiques qu’on peut trouver dans le commerce.

Parmi mes produits naturels préférés, dans ma salle de bains, on trouve des poudres ayurvédiques, des huiles végétales et des huiles essentielles. HOP transition de fou, puisqu’aujourd’hui j’avais envie de présenter les huiles essentielles que je possède actuellement et l’utilisation que j’en fais.

Attention, instant moralisateur : les huiles essentielles sont puissantes et peuvent causer des irritations et des allergies. Il est donc recommandé de faire un test sur un petit endroit de la peau avant de les utiliser. De plus leur utilisation est déconseillée pour les femmes enceintes, à utiliser avec précaution pour les enfants de 3 à 12 ans et interdites pour les enfants de moins de 3 ans. Pour plus d’infos rendez-vous ici

Bergamotte

dsc_0023

Elle possède des propriétés purifiantes, antiseptiques, calmantes et apaisantes. Elle s’utilise pour réguler les peaux grasses, en ajoutant quelques gouttes à un soin visage mais aussi régule le sébum du cuir chevelu et permet d’éviter ainsi les cheveux gras.

Je l’utilise :

En diffusion, le soir avant de me coucher. Je dépose quelques gouttes dans mon diffuseur, et je laisse l’odeur se diffuser quelques minutes. Je suis fan de son odeur citronnée, et étant parfois angoissée, elle m’aide à me calmer et ainsi à m’endormir plus facilement.

Cannelle écorce

dsc_0024

La cannelle est une des odeurs et saveurs que j’aime le plus. C’est épicé, reconfortant, chaleureux… Infusion à la cannelle, bonbons, chai latté, tout y passe.

Cette huile à des propriétés antibactériennes, antivirales, fongicides, insecticides et revitalisantes.

Je l’utilise :

Elle aussi en diffusion, surtout les soirs de froid, après une journée pourrie, quand je suis au bout de ma vie. L’odeur donne un petit coup de fouet et fait du bien à l’esprit.

Citron

dsc_0025

On connait tous les propriétés du citron en fruit. C’est un peu le fruit magique, qui est bon pour tout, que ce soit dans la cuisine, pour la maison, pour la peau et les cheveux (pour les cocktails)…

Et bien, en huile essentielle c’est pareil. Elle est antivirale, purifiante, antivomitive, elle aide à soigner les problèmes de peau, et renforce les ongles. On peut aussi s’en servir pour parfumer un plat si on n’a pas de citron frais sous la main, ou dans une infusion si on se sent un peu ballonné. Habile.

Je l’utilise :

Avec de l’huile de coco comme crème pour les mains. J’ajoute une goutte à mon huile de coco et je me masse les mains et ongles, le soir avant de me coucher. Mains nourries, ongles renforcés, tout le monde est content.

Lavande aspic

dsc_0026

A différencier de sa copine la lavande vraie, la lavande aspic contient de la cinéole et du camphre. Cette particularité la rend efficace pour lutter contre les migraines et autre maux de tête.  Elle est aussi efficace pour aider à la cicatrisation, pour soigner les infections, apaiser les piqûres et brûlures. Son odeur est à tomber, elle rappelle l’été.

Je l’utilise :

Sur un coton tige pour faire disparaître une trace de bouton, le soir avant de me coucher. En inhalation en cas de migraine. Et, comme j’adore son odeur, j’en verse aussi quelques gouttes sur un tissu ou un coton que je glisse dans mes tiroirs de vêtements.

Manuka

dsc_0027

Le manuka c’est un peu le super héros anti bouton. Très très puissant (comme son odeur), il possède des propriétés antibactériennes et antiseptiques.

Je l’utilise :

Sur un coton tige dès qu’un bouton apparaît, je peux être sûre qu’il lui fera sa fête immédiatement. Utile pendant la mauvaise période du mois, quand les hormones prennent un peu trop confiance et décident de le montrer sur ma peau.

Menthe Poivrée

dsc_0031

Haaaaan l’odeur de menthe… C’est frais, c’est revitalisant, ça donne la patate ! La menthe poivrée possède une odeur plus fraiche et piquante. Ca la rend très efficace contre les migraines, mais aussi pour purifier un lieu en diffusion, ou en inhalation  soulager les nausées.

Je l’utilise :

En inhalation sur un coton ou un mouchoir en cas de nausées, de maux de tête. En anti pelliculaire, quand mon cuir chevelu décide de me faire la guerre. J’ajoute 2 gouttes à mon shampoing et je frictionne. Sensation de frais garantie et pellicules parties.

Tea Tree

dsc_0028

Le tea tree c’est le must have de l’huile essentielle. Si on ne devait en acheter qu’une ce serait elle. Elle fait tout. Elle purifie, apaise, stimule…
A utiliser pour le ménage, sans un soin visage ou cheveux, à renifler directement dans le flacon…

Je l’utilise :

En cas d’irritation ou de petite infection, en application locale, toujours sur un coton tige. Ajoutée à un nettoyant maison à base de vinaigre blanc pour nettoyer mon appartement. Dès que je sens que je vais avoir une angine, je dépose une ou deux gouttes sur un sucre que je croque. C’est dégueu, mais efficace.

Ylang Ylang

dsc_0032

Anti inflammatoire et calmant, l’ylang ylang stimule le cuir chevelu et favorise la pousse des cheveux. Hyper pratique en période de stress donc, que ce soit pour se calmer ou se chouchouter.

Je l’utilise :

En soin cheveux, lorsque je fais un masque maison, je laisse tomber 3 gouttes d’Ylang ylang dans mon soin. En complément de mon shampoing également, 1 goutte dans la paume de ma main, je frotte et je rince. (l’état du flacon démontre bien la souffrance endurée à force de traîner dans la douche…)

dsc_0021

La fièvre

dsc_0011

Comme déjà dit, en ce moment je profite d’une période de pause. SAUF qu’en plus de tout le repos que je peux prendre, cette période s’accompagne d’un petit effet secondaire… Une grosse fièvre acheteuse.

Alors tout y passe… De l’électroménager, du high tech, de la fringue, du maquillage, de la déco…
Après avoir craqué sur quelques petites (quelques petites ? vraiment ?) choses ces derniers temps (sans rire, pendant plusieurs jours d’affilée, mon mec revenait de la boite aux lettres avec des colis…), je me freine. Ca ne m’empêche pas de remplir des paniers sur tous les eshops du monde, que les choses soient claires, mais là, je ne les valide pas. D’abord parce que ma banquière va finir par m’appeler pour m’engueuler, et puis parce que je me connais face aux achats compulsifs. Ils vont finir oubliés je ne sais où, et je vais regretter de les avoir achetés. Classique.

Donc, je me suis arrêtée sur mes coups de coeur et j’ai laissé le reste en me disant que si, d’ici quelques temps j’y pense encore, je devrais peut-être y réfléchir un peu plus. Voici donc un petit aperçu de mes soldes fringues. Une chemise à carreaux, parce que ça faisait longtemps que j’en cherchais une et que soldée à 9,99€, autant dire que je n’ai pas hésité.  Bien coupée, fluide, qui tombe bien. Je pense que la greffe ne va pas tarder à prendre, vu que je la mets tous les jours…

dsc_0002-2

Et puis cette petite paire de baskets holographiques, parce qu’évidemment il FALLAIT que je remplace mes Victoria toutes défoncées. Le holo, c’est la vie.

img_2534

Chemise & Baskets Bershka

Pâtes aux épinards, brocolis et champignons

pates-epinards3

J’adore les légumes. Surtout les verts. J’en achète souvent plein quand je fais mes courses, mais comme, quand je suis chez moi, je ne cuisine pas énormément, souvent ça se perd. La petite parade trouvée pour éviter ce gâchis au maximum, c’est de les cuisiner en poêlée et en grande quantité. Ensuite, ça se garde et c’est rapide à faire chauffer les soirs de flemme.

Voici donc une petite recette hivernale que j’aime beaucoup faire en ce moment. C’est rapide, simple, sain et BON.

(Je suis hyper nulle en proportions. Généralement je fais tout au feeling, donc les indications sont approximatives…)

INGREDIENTS : 

Des pâtes
Des pousses d’épinards
Des petites branches de brocolis
3-4 champignons de Paris
Une gousse d’ail coupée
Un demi-oignon coupé en lamelles
Une cuillère à soupe de sauce soja
Une cuillère à soupe de crème fraîche
Poivre

On fait chauffer l’eau des pâtes, et on les fait cuire.
Pendant ce temps, dans une poêle, on fait cuire l’oignon, l’ail, les pousses d’épinards, les brocolis et les champignons, tous coupés en petits bouts et tous ensemble.(Ouais, Ouais).

pates-epinards1

Quand les légumes commencent à être cuits (les épinards commencent à réduire et les champignons deviennent un peu mous), on ajoute la crème, le poivre et la sauce soja. On laisse encore cuire pendant 5 minutes environ.

pates-epinards2

Dans une assiette, on verse les pâtes qu’on recouvre des légumes et si on veut, on parsème le tout de fromage râpé ou de parmesan ou de gomasio (bonus).

Ca a pris 15 min à tout casser et c’est prêt.

De 2016 à 2017

janvier-2017.jpg

Janvier est déjà là (il est même bientôt terminé le janvier, mademoiselle je suis toujours en avance…).

Il est temps pour moi de regarder un peu en arrière et de me projeter beaucoup en avant.

2016 : LE BILAN

Quand je regarde mes résolutions prises en janvier, je peux dire que j’en ai réussi quelques unes :

Je me sens vraiment bien dans mon petit chez moi décoré à ma façon, je mange mieux, plus sainement (je me nourrissait pas non de trucs horribles et gras, mais j’avais tout de même une bonne flemme pour faire à manger). J’ai réduit ma consommation de viande et me suis découvert une passion pour la cuisine japonaise.

J’ai retrouvé le plaisir de lire et de fouiller les rayons des librairies. Dans le métro, le train, quand j’ai du temps chez moi, je lis. Ca me repose les yeux, ça me déconnecte complètement,et ça me fait du bien.

Et je me suis enfin mise à la réalisation de mon premier pull tricoté. Je m’y suis mise fin décembre, début janvier, mais tout de même, ça compte. Rendez-vous d’ici quelques mois pour admirer le résultat…

Ce n’était pas dans la liste mais on a aussi pas mal bougé avec mon chéri : Normandie, Bretagne, Bassin d’Arcachon, mais aussi Lisbonne et surtout Tokyo. Ces petits voyages tous les deux n’ont fait que confirmer mon envie de voir du pays, encore et encore, avec lui toujours. Evidemment.

Les échecs de 2016 se trouvent dans le sport que j’ai totalement abandonné à cause en partie de mon genou, mais aussi de mon rythme de vie. Je crois que c’est ce qui me rend le plus triste. Avant j’arrivais à courir un 10km en moins d’une heure, maintenant je suis au bout de ma vie en même pas 30min… Ca me désole.

Et je n’ai pas non plus réussi à me déconnecter des réseaux, d’internet, de mon téléphone… et ce blog n’a pas eu une grosse masse d’articles publiés mais j’y travaille. Et j’essaye de le faire pour 2017.

La suite :

J’ai surtout réussi à décrocher ce que je voulais en fin d’année, c’est ce qui me met le plus en joie. 2017 sera donc placée sous le signe du changement (encore une fois, à croire que j’aime ça).

Des voyages sont prévus, pour mon plus grand bonheur et je vais enfin pouvoir me prendre une longue pause en février. Ooooow Ouiiiii.

Au niveau des résolutions, je dirais que ça n’a pas vraiment changé de l’année dernière : manger mieux, reprendre le sport cette fois pour de vrai, continuer les projets en cours, commencer ceux en réflexion…

Et enfin, être toujours aussi bien entourée. Continuer à garder le contact avec tous mes copains-copines, continuer à faire des apéros végétariens, des apéros-vernis, des sorties concert, aux caves, organiser des diners et prendre mes amis pour des cobayes pour qu’ils testent mes nouvelles recettes.

Oui, c’est bateau, mais c’est tout ce que je souhaite pour cette année.

2017… Je suis prête…! (Presque.)

From The Moon… And Back

capture-decran-2016-11-28-a-22-13-58

Mon mec a un projet, (enfin il en a 12 000, mais il en a un en particulier) qui consiste a poster une vidéo sur un morceau qu’il a composé en solo, une fois par mois.

Ce mois-ci, le projet solo s’est un peu transformé en duo parce que je me suis invitée dans son clip et sa chanson.

J’ai toujours aimé l’univers de la lune, des étoiles (ça briiiiille). Il faut aussi savoir, que j’ai une trouille monstre des clowns, et que Pierrot est bien le seul clown qui ne me fait pas peur. Avec tout ça, on a alors évoqué le sujet du clip, et on a passé plusieurs soirées à parler de ce projet. Moi, sur les recherches du costume, sa réalisation, mon chéri lui a travaillé sur l’ambiance du clip, son scénario et la création de la chanson.

Et voici le résultat, tourné dans des conditions météo disons, compliquées, mais tellement chouette (fière-fière-fière) :

*A good partner can change it all*