Georganics : le dentifrice à l’huile de coco et au charbon

dentifrice.jpg

Bien étrange découverte que j’ai faite sur le blog de Victoria, Mango And Salt. Un dentifrice à base d’huile de coco, de charbon et NOIR. Quand on voit ce qu’on met dans nos dentifrices habituels, du naturel et une couleur sombre, il n’en fallait pas plus pour que je sois intriguée. Mes codes de carte bleue et mon adresse insérés, quelques jours plus tard : hop un cadeau ! (Oui quand je commande un truc, j’aime bien l’oublier pour penser ensuite que je reçois des cadeaux.) (Et quand je peux aussi, je me fait faire un papier cadeau.) (Rien n’est trop beau.) (Je m’égare.)

Donc, le dentifrice. Sur le papier, ce dentifrice est composé d’huile de coco, de charbon actif et d’huile essentielle d’anis étoilé. Au niveau du test, c’est perturbant. Ca ne mousse pas du tout, mais alors pas du tout, et il y a ce côté huileux de l’huile de coco, mais le goût est frais. Ca fait les dents noires, c’est drôle. C’est qu’après avoir rincé que j’ai été conquise. Mes dents étaient ultra propres, lisses et brillantes. Pour l’instant j’ai encore du mal à me faire au rituel de prélever le dentifrice avec la spatule, la rincer… Toutes ces petites étapes qui rallongent le temps de brossage, donc je l’utilise encore en alternance le matin avec mon dentifrice habituel en tube quand je n’ai réellement que 3 min pour me brosser les dents (la meuf overbookée) (non mais c’est que le matin je préfère dormir jusqu’à la dernière minute), mais je le trouve vraiment efficace et je suis curieuse de voir son effet au bout d’un mois d’utilisation notamment sur le blanchiment des dents.

En résumé.
Pour l’efficacité donc : OUI
Pour la praticité : peut mieux faire.
Pour se faire son propre avis : c’est ici

dentifrice2

dentifrice3

dentifrice4

Publicités

Passion guacamole

 

Capture d_écran 2017-09-17 à 12.29.17

S’il y a bien quelque chose que je pourrai manger tous les jours c’est bien de l’avocat. (Même si oui, niveau écologique c’est pas bien, et que c’est tout de même un peu gras). Sous toutes ses formes, en salade, en toast, nature… Je suis capable d’en mettre partout. Aujourd’hui, je montre donc comment je le mange le plus souvent (mes potes pourront en témoigner, ne m’invitez jamais à l’apéro, ou vous y aurez droit) : le guacamole. Idéal pour l’apéro, j’adore le manger avec des chips au vinaigre de cidre.

INGREDIENTS (pour 2 personnes environ)

– Un avocat
– Un oignon rouge
– Un peu de tomate
– Du citron vert
– Du sel

Pour la réalisation, suivez le guide :

Capture d_écran 2017-09-17 à 12.30.53

APERO – Green Tonic

C’est l’été et qui dit été dit retour des recettes de cocktails. Et retour de la vidéooooo !! Après avoir mis la chaîne en stand by pendant un petit moment, voici une petite recette de cocktail à faire. C’est facile, c’est vert, c’est bon, ça sent l’été… C’est parfait pour les vacances qui approchent.

Faut dire que l’apéro c’est le petit moment de grosse détente qu’on s’accorde le vendredi soir avec mon amoureux, pour fêter le début du week-end (comme si on avait besoin d’un prétexte). Et comme on est sympa, on partage pour que vous aussi, le vendredi soir vous puissiez trinquer au week-end qui arrive, aux vacances, au soleil (ou même à la pluie au final, on fête ce qu’on veut).

Suivez le guide :

INGRÉDIENTS pour 2 verres :
– Un demi concombre
– Un demi citron vert
– Quelques feuilles de basilic
– Du gin (deux doses de 4 cl chacune)
– Du tonic (une petite bouteille de 25 l)
– Des glaçons

USTENSILES
– Un blender
– Un presse citron
– Une passoire
– Un shaker
– Un doseur

On commence par mettre le concombre, le basilic et le jus du citron dans le blender et on mixe. On met des glaçons dans le shaker.
On filtre le tout à l’aide d’une passoire dans le shaker, on ajoute deux doses de 4 cl de gin chacune, on referme et on secoue pour mélanger.
On verse le tout dans les deux verres, on allonge avec du tonic (ici j’ai utilisé une bouteille de 25cl pour deux). On décore son verre si on en a envie et c’est bon ! Enjoy, mais avec modération !

Green-tonic

Patience

DSC_0271

Dans mes résolutions de 2016, je disais que je voulais tricoter mon premier pull. Comme on peut s’en douter, évidemment je n’y suis pas arrivée… Ca a donc été mon objectif de 2017. Eeeeeeet…. J’y arrive leeeeentement… Lentement, c’est le mot oui. Après plusieurs mois passés à faire le dos, je viens enfin de commencer le devant. On y croit ? Qui y croit ? En même temps ce n’est pas sous 38 degrés que je vais pouvoir le porter alors rien ne sert de courir hein… Mais si au moins, je pouvais l’avoir fini pour cet automne, je serais bien contente.  Nouvel objectif, je PEUX le faire. Je VAIS le faire.

Smoothie bowl à la banane


N’étant pas du tout habituée à prendre de petit dejeuner, j’ai toujours du mal à manger un truc le matin. Sauf pendant le week-end où je me laisse tenter. Ce matin, en voyant deux pauvres bananes au bord de la mort dans la corbeille à fruits, j’ai donc eu envie de préparer un smoothie bowl.

Le smoothie bowl pour ceux qui ne connaissent pas, c’est smoothie dans un bol (sans dec’…) dans lequel on ajoute des fruits, des céréales, bref ce qu’on veut, un peu façon bol de céréales quoi. C’est tout simple, rapide à faire, et trop bon. Je vous ai tellement bien vendu le truc (tu parles) que ça vous donne envie de tester ? C’est parti pour la recette du smoothie bowl à la banane : 

Pour deux personnes il faut, pour le smoothie :

  • Deux bananes
  • Une pomme
  • Un peu de lait d’amande (j’y vais au feeling, le tout c’est d’avoir une consistance un peu épaisse)

Pour la garniture :

  • Une banane
  • Du muesli 
  • Des graines de chia

On met les bananes, la pomme, le lait d’amande dans le blender, on mixe et on verse le tout dans deux bols. 



On décore chaque bol, un côté avec une portion de muesli, l’autre côté avec la moitié de la banane et au centre une cuillère à café de graines de chia (ou d’autres graines, encore une fois chacun fait selon ses goûts). 




On prend une cuillère, on mange, et on est contents ! 

Cheveux : Better – Stronger

Mes cheveux et moi c’est une grande histoire de je t’aime moi non plus. Tout lisses pendant mon enfance, ils ont décidé d’avoir un comportement anarchique dès l’adolescence et depuis… J’en chie.

Mon état de santé se remarque d’ailleurs directement à mes cheveux, et en cas de stress… tout part en chute libre (« allez, ta vie c’est de la merde, alors nous on se tire hein. »), ou comment augmenter mon stress par deux. Pour pallier à ça, j’ai donc essayé pas mal de trucs.

En premier, les compléments alimentaire Forcapil. Pas mal mais à force, ça me donnait des nausées dès que j’en prenais. Si c’est pour être malade tous les matins, merci, mais non merci.

Ensuite j’ai tenté les bains d’huile avec du ricin. Aussi efficace, mais tout de même assez relou à laver : au bout de 3 shampoings, on commence à se lasser, surtout quand on a un ballon d’eau chaude minuscule qui oblige à finir le rinçage à l’eau froide. Ca resserre les écailles, me diras-tu, mais ça caille.

Et donc, on en vient au point numéro 3, celui qui a, non seulement porté ses fruits mais qui, en plus, me convient bien dans ma « routine capillaire » si je puis dire : me faire un shampoing et basta. Je présente donc : les poudres ayurvédiques et végétales (TADAAAAAAM).

Actuellement j’en utilise quatre. Pas en même temps, mais j’en mélange certaines. On retrouve donc dans ma salle de bains :

Le Shikakai – Le Kachur Sugandhi – La poudre d’Amla – La poudre de Guimauve. Dans mes mélanges préférés il y a :

  • 2 c à soupe de shikakai avec 2 c à soupe de kachur Sugandhi
  • 2 c à soupe de kachur sugandhi avec 2 cuillères de poudre d’amla
  • 2 c à soupe de kachur sugandhi avec 2 cuillères à soupe de poudre de Guimauve (qui a un pouvoir démêlant)
  • 3 c à soupe de shikakai seul (qui peut servir de shampoing végétal).

Avec une application une fois par semaine maximum, mes cheveux sont devenus plus forts et plus denses. Je constate pas mal de petites repousses partout, ce qui me met en joie. Niveau utilisation, j’applique la poudre mélangée à de l’eau chaude dans laquelle j’ajoute parfois quelques gouttes d’huile végétale ou d’huile essentielle. je laisse poser 5 minutes. je rince et souvent je fais un mini shampoing en plus histoire de bien tout enlever, après c’est pas l’étape obligatoire (surtout si on utilise le shikakaï), à partir du moment où on rince bien.

DSC_0033

DSC_0035

DSC_0037

DSC_0039

 

DSC_0045

Miam…

DSC_0040

Alors oui, visuellement ça fait pas hyper envie… Mais depuis, mes cheveux ne se sont jamais aussi bien portés, même pendant les changements de saison !

 

Tokyo, le retour

Parce qu’on était tombés complètement amoureux de la ville et qu’on voulait à tout prix y retourner rapidement, voilà qui est fait. 8 mois après notre premier voyage là-bas, une bonne nouvelle qui tombe, du temps… Il ne nous en fallait pas plus pour prendre nos billets d’avion, réserver une chambre d’hôtel et être contents.

dsc_0115Elle est contente !

On est restés une grosse semaine sur place. Ce fût un peu rude au niveau décalage horaire, mais parfait pour se détendre et voir ce qu’on voulait, en prenant notre temps.

Notre hôtel était situé dans le quartier d’Asakusa, le quartier typique de la ville, très calme et réputé pour son temple. C’est l’endroit idéal pour y dormir, c’est bien desservi par le métro, tranquille, avec de très bons petits restos partout, et de petits magasins vendant des objets typiques (autant vous dire qu’on s’est pas privés sur la vaisselle cette fois).

dsc_0006

Au programme, on a beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup marché. (Beaucoup, vraiment.)

On s’est baladés toute une journée à Shibuya et Ginza, pour faire du shopping, aller au Disney Store et au Mandarake pour acheter des Art Books.

dsc_0074

A Shinjuku, on a profité d’une journée ensoleillée pour se promener dans le jardin japonais du Gyoen Park, le jardin impérial de Tokyo et voir ainsi les premier arbres en fleur. Prunier ou cerisiers… je ne saurais pas dire ! Ce qui est drôle (ou pas au final), ce sont toutes les carpes qui accourent quand on se penche au dessus de l’eau. J’ai alors découvert à quel point la carpe était moche et flippante.

dsc_0134

dsc_0123

dsc_0126

A Harajuku on a parcouru les 8 étages des magasins de mangas à la recherche de figurines en tous genres. Et a Omotesando on a pu faire un jolie balade gustative en mangeant notamment des mochis à la fraise à tomber par terre.

Le gros regret de notre premier voyage était de ne pas aller au musée Ghibli, fermé pour travaux. Cette fois-ci on a enfin pu s’y balader, et ça vaut vraiment le détour. Les billets sont à acheter en France, avant de partir et la visite dure environ 2 heures. MAGIQUE !

dsc_0102

Côté nourriture (notre passion première, il faut bien le savoir), on n’a pas non plus été malheureux. Il faut dire que là bas, où que l’on aille, on y mange vraiment bien. Que l’endroit soit minuscule ou très moderne, tout ce qu’on a goûté était excellent.

img_2663

On est retournés dans notre petit resto de sushis préféré situé dans le marché couvert d’Asakusa où, sans rire, j’y ai mangé les meilleurs sushis de ma vie (au thon graaaas). On a mangé un hot pot dans un resto un peu plus tradi (où on doit enlever ses chaussures pour accéder à la table), toujours à Asakusa.

img_2570

dsc_0038

Au détour d’une balade dans Shibuya, on est tombés sur un restaurant minuscule faisant des ramens à base de bouillon de poisson délicieux. On s’est également gavés de beignets de poulpe et de sashimis dans un lieu introuvable (on a tourné au moins 20 min pour le trouver) avec un de nos amis vivant à Tokyo depuis plusieurs années.

img_2649

On s’est aussi fait le petit plaisir d’aller boire des cocktails au bar situé au 52ème étage de l’Hyatt Park, l’hôtel de Lost In Translation. On a pu apprécier la sublime vue de la ville de nuit, et écouté un peu de jazz. On a ensuite fini la soirée dans notre bar chouchou du Golden Gai, le Hair on Dog, un minuscule endroit où ils passent du rock. Lors de notre premier voyage, on avait passé une soirée mémorable dans ce bar où le patron est complètement adorable.

img_2602

Enfin, pour notre dernier jour, on a été braver la pluie et le vent pour gouter à des cocktails à base de matcha et de whisky servis dans un bar niché au sous sol d’un immeuble dans un recoin de Shibuya (30 min pour le trouver). Réalisés sous nos yeux par un barman plus que classe, ce fut une vraie tuerie. A l’image du séjour passé.

img_2659

Encore une fois, Tokyo ne nous a vraiment pas déçus. Cette ville est toujours aussi pleine de surprises, magique et apaisante.

dsc_0093